Ca y est, le Bac est enfin terminé ! Une fois obtenu, de nombreux jeunes francophones sont confrontés à choix lourd de conséquences : étudier en France, en Israël ou ailleurs ? Voici les 10 bonnes raisons de débuter ses études dans le pays où coulent le lait et le miel : Israël.

10Israël, la Start-up Nation en pleine expansion

Au regard de sa population, Israël a le taux de diplômés et de start-ups le plus élevé au monde ! C’est dire si l’Etat d’Israël mise beaucoup sur ses jeunes qui sortent de grandes écoles, dans un pays déjà bien développé, dont la croissance du PIB augmente chaque année (4 % en 2016), mais où il reste encore tant à faire.

9Aucun problème d’équivalence

Dans de nombreux domaines, un diplôme obtenu à l’étranger n’a aucune valeur en Israël, quelque soit le nombre d’années d’études, et ce, souvent au prix d’importants sacrifices. La seule solution est alors – quand cela est possible – d’effectuer une formation et/ou de réussir un examen pour décrocher une équivalence. Etudier en Israël directement après le Bac permet de décrocher un diplôme israélien et ainsi d’éviter ces soucis d’équivalences.

8Faire ses études dans un cadre idyllique

Rien de mieux qu’une température agréable et d’un ciel ensoleillé toute l’année pour étudier en toute sérénité ! L’atmosphère de Jérusalem, le désert du Neguev, les plages d’Eilat, le plateau verdoyant du Golan, les bars/boites de Tel-Aviv, les start-ups en vogue, les bases militaires, les musées : Israël regorge de lieux à visiter. Et en Israël, on profite de son temps libre comme en vacances, toute l’année.

7Des études financées

Pour favoriser l’immigration des juifs du monde entier, l’Etat hébreu alloue à chaque olé un « panier d’intégration » (environ 4 000 € pour un jeune célibataire). L’Agence Juive attribue également, par l’intermédiaire de Massa, une bourse d’études pouvant atteindre jusqu’à 10 000 $. Ces aides considérables permettent ainsi à chaque jeune de financer tout ou partie de ses études. D’autres avantages et allocations existent, à vous de vous renseigner auprès des organismes compétents.

6Un judaïsme pratiqué sans stress

Au delà d’être une terre d’accueil pour les juifs du monde entier, Eretz Israël est surtout une terre d’épanouissement pour vivre son judaïsme pleinement. Ceci est d’autant plus vrai que le rythme scolaire est basé sur le calendrier juif : pas de cours ni examens pendant Shabbat et les fêtes, synagogues dans chaque université et shabbats organisés entre jeunes toutes les semaines. Etudier en Israël est le meilleur moyen de concilier sa vie juive avec ses études.

5Israël, 8ème puissance mondiale

Bien qu’âgé de seulement 69 ans, le petit Etat d’Israël est aujourd’hui classé 8ème puissance mondiale (d’après The American Interest) pour ses influences économiques et politiques, ses alliances internationales et la puissance de son armée. La croissance est de 4% en 2016, contre 1,1 % pour la France ou 1,6% aux Etats-Unis.

4Plein-emploi

En Israël, le taux de chômage n’a jamais été aussi bas depuis le milieu des années 80 : 4,5% en 2016. Le pays atteint le plein-emploi, après 11 années de baisse consécutives. Il est donc théoriquement plus aisé de trouver un emploi en Israël que partout ailleurs dans le monde, surtout s’il s’agit d’un emploi est qualifié.

3Pas de frein à l’alya

La décision de faire sa alya est une décision lourde et importante qui peut survenir à tout moment, en fonction du contexte politique, économique, familial ou religieux. Imaginons que cette décision intervienne en plein milieu des études : que faire ? Rester en France, parfois encore de longues années, jusqu’à terminer ses études ? Ou tout reprendre à zéro en Israël, mais terminer ses études assez tardivement ? Voilà un dilemme qu’il vaut mieux éviter. L’idéal aurait donc été de commencer ses études directement en Israël, et ainsi entrer dans la vie active moins tardivement.

2L’assurance d’être au moins bilingue

Etudier en Israël constitue également l’un des meilleurs moyens d’apprendre ou de parfaire son niveau d’anglais ! Enseignée depuis le plus jeune âge, la langue de Shakespeare est maniée par les israéliens aussi facilement que leur langue natale, et est souvent requise pour les emplois qualifiés.

1Il n’est plus nécessaire de savoir parler hébreu ou anglais !

Jusqu’à présent, il était nécessaire de savoir parler correctement hébreu et/ou anglais pour entamer des études supérieures en Israël, avec le plus souvent la nécessité de faire une année de mekhina pour apprendre la langue. Basée sur des programmes Bachelor trilingues Hébreu – Anglais – Français en 3 ans et des Masters spécialisés en 18 mois, TAL Business School est la première Grande Ecole de Commerce pour les francophones en Israël. Elle intègre un oulpan intensif d’hébreu et des cours de business english sur l’ensemble des formations, pour faire des jeunes étudiants francophones les managers israéliens influents de demain.

Vous pouvez bénéficier de jusqu’à 10 000 dollars de bourse pour financer vos études, alors n’attendez plus, entrez dans la cour des Grandes Ecoles ! Plus d’informations sur le site internet de TAL Business School ici.

Vous avez aimé l'article ?
Soutenez-nous en likant notre page Facebook !
Cet article a déjà été lu
941
fois.
Partagez le !
PARTAGER
TAL Business School
TAL Business School est la première Grande Ecole de commerce pour les francophones en Israël, inspirée du modèle français des Grandes Ecoles. En permettant à chacun de ses étudiants de maitriser parfaitement l’hébreu, l’anglais et le français, de se constituer un réseau, d’acquérir des compétences, d’élargir le champ de son savoir- faire, de travailler son savoir-être, TAL Business School a une ambition claire : former les jeunes Français et francophones d’aujourd’hui à devenir les managers israéliens influents de demain.
Article précédentTop 10 des meilleures boites de nuit de Tel Aviv
Article suivant10 preuves qu’Israël n’est pas un état d’apartheid

Commentaires

commentaires