Comme chaque année, tu as passé le 1er soir de Pessa’h avec toute ta famille. Et, comme d’habitude, tu as vécu de grands moments de solitude… Voici le top 10 des pires moments du Seder de Pessa’h.

10La Matsa Chmoura, alias la 11ème plaie d’Egypte

Comme chaque année, il y a toujours quelqu’un qui te rappelle qu’il est bon de manger « kazaït » de matsa chmoura. Et là t’as réalisé qu’il s’agissait probablement de la 11ème plaie d’Egypte, celle qui n’est pas mentionnée dans la Haggada de Pessa’h, mais qui a probablement définitivement ruiné l’estomac (et la dignité) des égyptiens.

9Les 4 coupes de vin dégueulasse

Ton beau-frère avait apporté le vin pour la soirée, mais celui à 2,90 €. Imbuvable.

8La battle “Bibilou vs Etmol”

Ton oncle voulait passer le plateau du seder en chantant « Bibilou », comme on a toujours fait au Maroc. Mais ton cousin a insisté pour faire « Etmol », comme on avait l’habitude en Tunisie. D’ailleurs, ta cousine mariée à un algérien était bien d’accord avec lui, pour une fois. Et encore, tu as de la chance, y’avait pas d’ashkénaze à table.

7Les chants en version Google Traduction

Le kiff de ton père, c’était de reprendre les meilleurs chants de la haggada en version arabe. Et les algériens adorent traduire les meilleurs passages en français. Ton cousin, qui a fait techouva chez les Habad, ajoute aussi son commentaire d’après un discours du Rabbi, évidemment.

6Ma Nichtana

Tu as supplié les gosses de chanter « Ma Nichtana » (puisque ça fait 3 semaines qu’ils s’entrainent h24 sur ce sujet) mais ils ont refusé. Soit par timidité, soit juste pour t’emmerder. Finalement, c’est ton oncle Michel avec sa voix de merde qui s’y est collé.

5Les traditions chelou

Les traditions de Pessa’h sont vraiment bizarres :

  • Ta cousine célibataire doit avaler un œuf dur derrière une porte pour se marier dans l’année.
  • Quand ton oncle énonce les 10 plaies, il y a ceux qui regardent le vin et l’eau et ceux qui détournent le regard.
  • Ta grand-mère jette un peu de salade romaine par la fenêtre pour éloigner le mal

Sans compter qu’on passe sur la tête de chaque convive un plateau contenant un œuf dur, une matsa indigeste et un os d’agneau…

4L’agneau aux truffes

Si tu n’aimes pas l’agneau ou que tu es végétarien, tu es mort de chez mort. Car Tata Denise ne te le pardonnera pas. 50 ans qu’elle prépare l’agneau aux truffes, comme sa mère et sa grand-mère avant elle, alors c’est pas toi qui va lui dire ce qu’il faut manger ou pas le soir de Pessa’h.

3Le mal au bide

Les effets indésirables de la matsa. Donc il arrive un moment où le passage par les toilettes devient obligatoire. Et bien tu patientes et tu attends ton tour, comme à la Sécu ou à la Poste. Voilà.

2La Haggada, saison 2

Souviens-toi comme la 1ère partie de la Haggada était longue et interminable. Et bien figure-toi qu’après le repas, il y a la suite ! Au moins aussi pénible que la saison 1, mais en plus ça démarre à 23 h. Et c’est obligatoire de l’écouter.

1La fin de soirée

Si tu habites hors d’Israël, la fin de soirée était probablement le pire moment. Parce que tu as réalisé que le lendemain, tu remettais ça…

Si tu vis en Israël, la fin de soirée était au moins aussi difficile. Parce que tu sais que tous ces moments inoubliables, ces fous rires, ces chants qui te rappellent ton enfance et tes grands-parents, cette famille réunie autour d’un bon repas, tout ça c’est fini.

Et il faudra patienter encore une année pour renouveler cette expérience. Alors profite de la fête ! Pessa’h Cacher veSameah à tous.

Texte de Pierre Acher – Remasterisé par David Krief

Pierre Acher
J'adore provoquer les marocains et les tunisiens et essayer de faire rire les algériens et les ashkénazes.